HaikuNet - Petit manuel pour écrire des haïku (chapitre 44)

HaikuNet - Petit manuel pour écrire des haïku (chapitre 44)

Petit manuel pour écrire des haïku
(Ed. Ph. Picquier)

Présentation

| accueil |
Section 1 | haïku et senryû | quelques haïku japonais | un peu d'histoire |
| bases d'écriture | Petit manuel pour écrire des haïku | liens | partenaires |
Section 2 | atelier d'écriture | concert-lecture | cérémonie du thé | contact |

Extraits du livre

6. images visuelles

7. langage simple

12. rôle adverbe

13. ce qui n'existe pas

19. répétez, répétez !

35. anacoluthe

37. mots nouveaux

38. jeux de mots

41. comique situation

44. relations... mots

55. fueki et ryûkô

56. shiori

 

Créez des relations inattendues entre les mots  

Je l'ai dit, mais je préfère le répéter d'une autre façon, car c'est important : même si le haïku est un genre fondamentalement descriptif, la poésie n'a pas pour vocation de représenter tel quel le monde phénoménal, pas plus au Japon qu'en Occident. La poésie est une création – poieîn en grec signifie faire –, elle cherche à inventer d'autres mondes au moyen du langage, à créer des images nouvelles, toujours inédites.

On sait aussi que le langage poétique est transgression des codes. Il se joue des conventions et crée souvent des relations étranges ou inattendues entre les mots, donnant ainsi accès, quelquefois, au merveilleux ou au fantastique.

Ainsi, ce poème d'Issa (R. Munier) crée une relation inattendue entre les mots fond et pluie :

Point du jour
l'alouette chante
du fond de la pluie

Et surtout, ce petit chef-d'œuvre du même Issa, traduit par Jean Cholley, glisse en seulement deux mots du quotidien le plus trivial vers le fantastique en recourant à une habile construction de type métonymique :

Holà ! batelier
Interdiction d’uriner
sur les vagues de la lune

Les vagues de la lune remplacent métonymiquement les reflets de la lune sur les vagues. La juxtaposition arbitraire qui résulte de cette contraction crée un tableau surréaliste. L’art de ce haïku consiste bien sûr dans le contraste trivialité / fantastique, mais à mon sens principalement en ceci : c’est tout d’abord une vraie diatypose descriptive (voir note p. 54) puisqu’il donne à voir de façon saisissante le batelier urinant sur les reflets de lune sur l’eau ; mais il sème en plus le trouble en ajoutant à cette image une autre image, comme en surimpression, et cette image-là est aussi indicible et confuse que la première était claire. L’imaginaire du lecteur est intensément sollicité. La force de cette image provient probablement de la distance entre les mots vagues et lune, ainsi peut-être que d'une concentration d'idées connexes aussi floues que contradictoires et qui semblent tourner autour de l'existence de " mers " sur la lune et de l'absence d'eau. C'est tout au moins en me suggérant ces idées que ce poème m’a touché avant toute analyse du procédé utilisé, et ce même si Issa ne l'avait certainement pas voulu ainsi...

Relation inattendue entre les mots encore dans ces deux haïku de Bashô (J. Titus-Carmel et R. Munier), dont le premier contient une anacoluthe :

La rosée blanche
sa saveur solitaire
ne l'oublie jamais
!

Pourquoi peut-on parler ici d’anacoluthe, et pas dans les autres exemples de ce chapitre ? Parce qu’il y a confusion dans la syntaxe et qu’on peut se méprendre sur le sens. En réalité, ce n’est pas la saveur qui est solitaire, mais celui qui la goûte.

Silence –
le cri des cigales
taraude les roches

Dans le haïku qui suit, il se crée une relation inattendue entre les mots bord et jour :

Les champs aux blés d'or
s'éteignent tout doucement
vers le bord du jour

Le prochain haïku utilise un procédé qui s'apparente aux précédents. Plus précisément, il qualifie un objet (les heures) d'un adjectif qui ne correspond que vaguement à celui qui aurait dû être employé :

Aux petites heures
tu verras tout l'or du ciel
couler sur Venise

Ce ne sont bien sûr pas les heures en elles-mêmes qui sont petites – elles durent toutes soixante minutes, même dans le monde poétique créé pour l'occasion –, mais les chiffres qui leur correspondent : les heures du " petit matin " sont désignées par des chiffres qui, en effet, sont les plus petits de la succession jusqu’à 24 heures. Il semble alors qu’il y ait eu " contamination " d'une idée par une autre. Ce procédé est une hypallage. Je l'explique dans le chapitre qui suit.

 

   
 

 

| accueil |
Section 1 | haïku et senryû | quelques haïku japonais | un peu d'histoire |
| bases d'écriture | Petit manuel pour écrire des haïku | liens | partenaires |
Section 2 | atelier d'écriture | concert-lecture | cérémonie du thé | contact |

 

Mise en ligne : 1er décembre 2006
Dernière révision : mardi 1er janvier 2013
Copyright © 2006-2013 Artistes Associés - Japon. Tous droits réservés. 

 

WebAnalytics