HaikuNet - Le haïku n'est pas un poème zen

HaikuNet - Le haïku n'est pas un poème zen

Orientation

| accueil |
Section 1 | haïku et senryû | quelques haïku japonais | un peu d'histoire |
| bases d'écriture | Petit manuel pour écrire des haïku | liens | partenaires |
Section 2 | atelier d'écriture | concert-lecture | cérémonie du thé | contact |

Haïku et senryû, kèsaco ?

Le haïku est un poème...

bucolique

pas zen, mais alors pas zen du tout

amusant

mélancolique

observateur

bienveillant

et insolent...

 

Sur cette page : remise des pendules à l’heure. Quelques idées reçues  à détruire qui sont très collantes et très répandues.

Très important de les détruire ces idées-là, car elles nuisent considérablement au développement du haïku hors du Japon.

La principale : " Le haïku c’est spirituel, c’est zen. "

Amusant mais faux, archi faux.

Ryôji Nakamura et René de Ceccatty dans Mille ans de littérature japonaise (Éd. Ph. Picquier) : " Rappelons enfin que le haïku n'est pas un aphorisme zen... [...] il est évident que les préoccupations des poètes de haïkaï sont autres. "

Etiemble, dans Du Haïku (Éd. Kwok On) : il y évoque le " numéro classique de zen au rabais " de R.H. Blyth, le spécialiste américain du haïku, son " laïus pseudo métaphysique " et la " spiritualité gluante " qui l'imprègne...

René Sieffert dans Le haïkaï selon Bashô (P.O.F) : " [...] le haïkaï n'a rien à voir avec les théories fumeuses des zennistes [...] il se situe en fait aux antipodes exactement de ces élucubrations "...

Et de la croyance en la zennitude du haïku découle, bien sûr, cet autre type d’élucubration : " Un haïku ça paraît simple comme ça, mais ça vole très très haut. Il y a du sens caché, du double sens en dessous ". 

Hi-la-rant !

Et voilà qui n'est pas nouveau. En 1900, sévissaient déjà des Occidentaux qui tenaient absolument à trouver du " double sens " ou du " sens caché " dans un haïku. Ainsi l’un d’eux qui s’en prenait à / Vieille mare – / Une grenouille plonge / Bruit de l'eau /, le plus célèbre des haïku de Bashô.

Réponse de Shiki, l’un des " grands " du haïku : " Le sens de ce vers est exactement celui-là même qu'il exprime ; il n'a aucun autre sens, aucun sens spécial. "

Et voilà ce qu’en disait Bashô lui-même : " Un hokku [entendez haïku] doit [...] posséder un sens limpide ".

Et encore : un hokku " c'est simplement ce qui arrive en tel lieu, à tel moment "... 

Donc le haïku n'est pas zen et, le plus souvent, il doit  être compris au premier degré.

Très très important de savoir qu’il n’y a pas un poil de zen ou de sens caché dans un haïku. Pourquoi ? Parce que s’il n’y a ni zen ni sens caché, alors vous qui n'êtes pas zen et qui comprenez parfaitement ce que vous lisez, eh bien vous pouvez tout comprendre d’un haïku et vous pouvez aussi en écrire. Et de bons vrais haïku, comme en écrivent les Japonais.

Ajoutons ceci : en exagérant à peine on peut dire que tous les Japonais d'aujourd'hui écrivent ou ont écrit des haïku. Mais sans exagérer le moins du monde, on peut également dire que 99,99 % d'entre eux n'ont qu'une idée très vague – voire aucune – de ce qu'est le zen...

 

 
Le haïku n'est pas un poème zen

Le haïku n'est pas un poème zen

Le haïku n'est pas un poème zen

Le haïku n'est pas un poème zen

Le haïku n'est pas un poème zen

 
 

 

| accueil |
Section 1 | haïku et senryû | quelques haïku japonais | un peu d'histoire |
| bases d'écriture | Petit manuel pour écrire des haïku | liens | partenaires |
Section 2 | atelier d'écriture | concert-lecture | cérémonie du thé | contact |

 

Mise en ligne : 1er décembre 2006
Dernière révision : mardi 1er janvier 2013
Copyright © 2006-2013 Artistes Associés - Japon. Tous droits réservés. 

 

WebAnalytics